Réorganisation et rénovation d’un 81m², Confluence

cuisine ouverte rénovée

Dans le quartier en plein essor de Confluence (Lyon 2), un T3 dans son jus de 1970 a été réorganisé et rénové, avec un ameublement mis au goût du jour. La salle de bain et les WC sont incroyablement fonctionnels !

Superficie : 81 m²

Montant des travaux : 95 k€

Prestations FIDERIAS : Avant projet sommaire, conception et coordination, ameublement

Prix au m² (estimé) : 950€

Cet appartement est un peu spécial, pour deux raisons. La première, c’est que c’est celui dans lequel j’habite ! La deuxième, c’est que j’ai réalisé la quasi-totalité des travaux. C’est pour cette raison que le prix au m² des travaux est une estimation !

L’appartement date de 1971, construit en béton, cloison brique, des balcons de chaque côté, des gaines techniques, un système de ventilation et un style assez marqué sur les papiers peints et les moulures de portes. La cuisine est séparée, le WC aussi, et certains éléments sont très qualitatifs : du vrai marbre au sol dans l’entrée, du beau parquet massif en chêne.

Notre idée générale est de rénover le bien en y apportant du confort, de la fonctionnalité, de la couleur ; et garder un maximum d’éléments anciens qui nous semblent de bonne qualité. Un projet de rénovation thermique de l’immeuble étant en cour, pas besoin de penser à tous les éléments de rénovation énergétique.

Avant

Après

PLAN PROJET 3D

Commençons par la cuisine ! L’ancienne cuisine est fermée, pas assez large pour diner à 4 personnes, avec un sol en carrelage. Pour accéder au salon (et l’éventuelle salle à manger) il faut passer par l’entrée. La décision d’ouvrir avait été prise avant même d’acheter l’appartement, et d’ailleurs quasiment tous les appartements de l’immeuble ont été rénové en ouvrant la cuisine. Pour autant, le nôtre a une particularité !

Une cuisine ouverte, mais de quel côté ?

L’ex cuisine donne sur le balcon, et donc une porte fenêtre. Dans le salon, on a une porte fenêtre, et une fenêtre avec radiateur en dessous. On a décidé de déplacer la cuisine à l’opposé de son emplacement, ce qui implique de reprendre toutes les alimentations et évacuations d’eau. Pourquoi ? Il faut analyser l’usage pour comprendre.

Lorsqu’on est dans la cuisine, ou assis à la salle à manger, on est plus haut qu’assis dans le canapé ; et le canapé, on ne va pas pouvoir le mettre au milieu de la pièce, donc il sera à une extrémité. Si on le positionne vers la fenêtre, alors on voit très mal l’extérieur ! Devant la porte fenêtre, on profite mieux de la vue. De la meme manière, la table de la salle à manger est devant la fenêtre, et donc ça ne bloque pas l’accès au balcon via la porte fenêtre.

Quid de la plomberie ? Très simple. La salle de bain étant rénovée, on pourra y inclure les évacuations !

SALON – CUISINE

Avant

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Après

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Avant

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Après

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Parlons du sol maintenant. Le parquet massif en chêne à bâton rompu mérite un ponçage vitrification, mais que faire pour l’ancienne cuisine ? Un parqueteur est nécessaire pour trouver la bonne essence de bois, et commander les lames de parquet à la bonne dimension. Une fois terminé, l’artisan lui-même est bluffé de la qualité du résultat  : on ne voit absolument pas la différence entre l’ancien et le nouveau parquet !

Télévision ou home cinema ?

 

Un dernier commentaire sur le salon : l’intégration de la télévision. Notre mode de vie est le suivant : regarder un film ou un documentaire, oui, avec plaisir et dans de bonnes conditions. Laisser la télévision allumée en bruit de fond, en regardant un film en diagonale : non. Donc, on souhaite que le salon ne semble pas tourné vers l’écran ! Cette intégration du home cinema est donc ici réussie par sa discrétion. L’écran et le video projecteur sont blancs, fixés au plafond, et donc pas dans le champ visuel au quotidien.

CHAMBRES

Avant

Après

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Vous pensez que seule l’apparence de la chambre a changé avec la peinture ? Perdu ! En effet, il y a beaucoup plus.

Un faux plafond phonique isole maintenant des voisins du dessus. Ca signifie suspentes anti-vibratiles, plaque en BA13 phonique, isolant en fibre textile recyclé. La cloison entre les deux chambres est intégralement reconstruite, en 94/48, c’est-à-dire 2 plaques de plâtre de chaque côté de l’ossature. Les radiateurs anciens en acier bénéficient d’un décapage en bain, puis d’un thermo laquage : le résultat est bien plus beau qu’une simple remise en peinture, et beaucoup plus durable : la peinture est vraiment lavable, comme une voiture.

L’implantation de la cloison change un peu.  Elle intègre maintenant un placard, de profondeur moyenne : on peut ranger des chaussures et des pulls, mais ce n’est pas assez large pour des cintres.

La cloison entre la chambre adulte et l’entrée est aussi refaite, en changeant la place de la porte, et en grignotant l’entrée qui était…vraiment très grande. Le choix a été fait de conserver les dalles de marbre meme dans la chambre. L’ancien emplacement de la cloison est comblé avec une lame de parquet, taillée, collée puis rabotée pour être parfaitement à niveau. 

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

 

Quelques mots sur les placards.

Les portes sont pliantes, ce qui est avantageux par rapport aux portes coulissantes : on peut intégralement ouvrir le placard, et voir ce qu’il y a dedans ! L’avantage aussi sur les portes battantes, c’est que ça demande moins de profondeur pour les ouvrir. Les portes sont ici taillées dans du medium, qui ne se voile pas dans le temps avec un assemblage sans profilé de finition. Ca demande une finition au millimètre, pour le travail du plaquiste et du menuisier (moi en l’occurrence !).

L’intérieur du placard est aménagé avec des panneaux en pin contrecollé, vernis incolore. Encore dans un soucis de durabilité ! En effet, on apprend qu’un appartement doit prendre en compte les contraintes des occupants actuels. C’est encore mieux si on peut prendre en compte les occupants futurs, ou les contraintes changeantes des mêmes occupants ! Dans ce cas, si on veut racheter des rayonnages, c’est toujours possible de trouver du pin en 18mm, et c’est même très peu cher !

SALLE DE BAIN

Avant

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Après

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Pratique pour les parents…et les enfants

La salle de bain est un archétype de ce qui se faisait dans les années 70. Un bidet, du carrelage de partout, un lavabo sur pied / colonne sans rangement, pas de seche serviette, un radiateur à l’opposé de la baignoire, et un style…prompt à se démoder. Mais des matériaux de qualité, toujours en usage 45 ans plus tard !

L’emplacement de la baignoire reste identique, bien que la baignoire en elle-même soit à vidage central. L’avantage ? Monsieur et madame peuvent se doucher en même temps, pas de dispute ! Et plusieurs enfants peuvent aussi se baigner ensemble, sans se prendre le mitigeur dans la nuque (bon, les enfants y arrivent quand même, ça reste des enfants !).

A la place du bidet, un seche serviette, à l’emplacement idéal : on peut attraper la serviette sans sortir de la douche, et ça reste proche du lavabo. Le petit marche pied et la forme en echelle, c’est parfait pour aider un enfant vers l’autonomie, rentrer et sortir du bain !

 

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Niche en carrelage

Je vous invite à noter les niches à droite de la baignoire. Des canalisations dans l’angle empêchaient une baignoire plus longue. On aurait pu faire une tablette dans l’angle à côté, comme avant, c’est la solution la plus économique. J’ai décidé de construire 4 niches de grande profondeur, habillées en carrelage de mosaïque en pâte de verre. C’est très pratique pour ranger les jouets de bain, savons, shampooing, oreiller de bain (ah, le détail qui révolutionne l’expérience du bain !). C’est aussi très très peu salissant ! Pas de rouille, pas de plastique qui casse ou jaunit, et les taches de savon ou de calcaire se voient très très peu !

Buanderie intégrée

Un mot sur la partie buanderie de la salle de bain. C’est un espace qui est « récupéré » sur l’entrée. Exit le grand placard vestiaire (mais on peut mettre un meuble), place à une buanderie complète et très fonctionnelle. Intégrer une buanderie à la salle de bain, c’est pertinent car c’est là qu’on se débarasse du linge sale. Et chacun trie directement son linge, dans les 4 bacs : clair, foncé, blanc, laine. Quand un bac est plein, c’est le signal qu’une machine peut être lancée, parfait ! Et après le lavage, on fait sècher où ? Avouez : la plupart du temps, on a un étendage à linge qui ne trouve pas sa place. Dans cette configuration, entre la baignoire et la porte d’entrée, il est tout à fait intégré, meme ouvert ! La seule précaution : avoir un chauffage et une ventilation qui fonctionnent, pour éviter que ça moisisse.

WC

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Entrée

photo-1522708323590-d24dbb6b0267

Je pourrais écrire encore beaucoup sur les WC, qui l’eut cru ! Si ça vous intrigue, lisez cet article de blog : un WC très très pratique

LES PARTENAIRES DU PROJET

Papiers peints : Sars de Cole & Son et Woods de Cole & Son

Crédence cuisine : Rhombus blanc

Réalisations